A la découverte de Papus

A la découverte de Papus

L’enfance de Papus

Le véritable nom de Papus c’est Gérard, Anaclet, Vincent, Encausse. Il est né en Espagne en 1865, son père était français, sa mère espagnole. La petite famille décide de s’installer à Paris, Gérard a 3 ans. Il s’installent sur la Butte Montmartre. Une enfance sans histoire. Á l’adolescence, il s’inscrit en Médecine, il est brillant. Il rencontre Henri Delaage qui lui transmet une initiation au grade de Supérieur Inconnu aux alentours de 1882. Cet homme lui ouvrira les portes d’un monde plus vaste qui lui donnera l’envie d’une exploration profonde.

D’ailleurs, il publiera son premier ouvrage en 1884, alors âgé de 19 ans. Il obtient son diplôme de médecin en 1894. En 1888, il rencontre Pierre-Augustin Chaboseau qui lui confie qu’il détient lui-même une initiation Martiniste.

Pourquoi le nom de Papus ?

Gérard Encausse se fit appeler Papus d’après le nom d’un esprit Apollonius de Tyane se faisant appeler Nuctaméron. Papus signifie le médecin de la première heure. C’est le grand occultiste Elyphas Levi qui l’inspira, ayant médité ses œuvres avec une attention toute particulière. Ce nom interpelle la mentalité de l’époque et lui vaut la réputation de thaumaturge ou d’inspiré dont il se défend. Il préfère que les gens l’apparentent à un savant ou à un expérimentateur de l’Âme et de l’esprit.

Ses rencontres et ses inspirations

Avide de nourritures spirituelles, il fréquente de nombreuses organisations initiatiques, dont : le Martinisme de Henri Delaage (1882), l’Hermetic Brotherhood of Luxor de Max Théon (en 1885 ?), la Société théosophique d’Helena Blavatsky (en 1887), l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix de Peladan et Guaita (en 1888), l’Église gnostique universelle de Jules Doinel (en 1892), l’Hermetic Order of the Golden Dawn (en 1895), la Franc-Maçonnerie (vers 1900), le Rite Swedenborgien (1901), le Rite de Memphis-Misraïm (1908), etc.

Son but son œuvre

Couv-de-l'Initiation - Papus

Revue l’initiation – 1888

Il consacre toute sa vie à rendre l’occultisme accessible au plus grand nombre. Il fait une rencontre déterminante avec le Maître Philippe de Lyon qu’il considère comme son maître spirituel. Philippe de Lyon est un grand Initié et Thérapeute, autodidacte, mais qui lui aussi, sera reconnu par la faculté de médecine de Lyon, alors qu’il n’avait jamais suivi de cursus universitaire. Il comptera à son actif plus de 6000 guérisons. Lors de la première guerre mondiale Papus fut nommé médecin-chef et dépensera une énergie incroyable à soigner les blessés français et allemands, sans doute inspiré par son maitre. De leurs nombreux échanges avec Pierre-Augustin Chaboseau où ce dernier lui confie qu’il détient lui-même une initiation Martiniste, ils créeront le nouvel Ordre Martiniste en 1891. Il fonde la revue mensuelle L’Initiation en octobre 1888. Papus en est le directeur. Le rédacteur en chef est George Montière, Charles Barlet et Julien Lejay, les secrétaires de rédaction. Elle est vendue au prix de 10 FF par an pour 10 numéros. C’est une époque où il occupe une modeste chambre d’étudiant. L’Initiation est définie par Papus comme une revue philosophique indépendante des Hautes Études : Hypnotisme, Théosophie, Franc-maçonnerie et Sciences Occultes, Tarot. Grâce à un efficace travail de propagande et d’initiation par correspondance, l’ordre recrute très vite des membres dans de nombreux pays européens, mais aussi aux États-Unis, au Brésil, dans les territoires coloniaux français d’Orient, en Russie, dans l’empire ottoman. Papus ne cesse d’accroître son potentiel. Capable d’une activité considérable, c’est un philosophe, un érudit, un auteur estimé, un orateur, un conférencier habile et enjoué. Ajouté à cela, ses qualités de thérapeute, d’homéopathe, d’allopathe, de médecin spirituel, il est doté d’une intuition extraordinaire et d’une immense générosité d’âme, dans un constant désir d’aider ceux qui en ont le plus besoin. Comment Papus était considérés par ses contemporains ? Je vous cite, ci-dessous, l’extrait d’un texte sur lequel tout est dit à ce sujet. Propos recueillis sur le site de suivant elloubnanioun

Pour des occultistes, cet homme fut un génie qui étudia, pratiqua et œuvra dans le monde, tout en écrivant une somme considérable d’ouvrages qui font souvent encore autorité en ce domaine. Bien peu se sont sacrifiés comme lui à l’œuvre qu’il avait entreprise. Il sut attirer près de lui des chercheurs et des mystiques extraordinaires. Il les mena dans une œuvre commune, utile aux hommes de désir. Papus, c’est l’homme qui tenta de donner ses lettres de noblesse aux sciences dites occultes. Il est celui qui voulut faire des martinistes des ouvriers sérieux et estimés. Il était l’homme de l’action et celui de la prière et semble synthétiser et organiser en lui une myriade de courants jusque-là dispersés. Les Martinistes qui l’entouraient ne craignaient pas de multiplier les efforts individuels. Le travail était à faire, ils le firent. L’étude chez eux était affaire de tous les instants. Des rites, des catéchismes furent mis au point, conséquence naturelle de leurs travaux d’homme de désir. Il s’agissait de partager leurs recherches pour pouvoir guider les Martinistes et les hommes de bonne volonté.  Papus propose 3 cheminements : la connaissance de l’homme (sciences psychiques); la connaissance de la nature (l’alchimie); la connaissance de Dieu (la mystique). Avec lui, les abonnés chercheront (la graine à semer), respecteront (enseigner, examiner, donc cultiver la vraie nature humaine) les autres abonnés, partageront (selon des critères d’importance) ce qu’ils auront récolté ! La Tradition sera ouverte, puisque nous aurons frappé à la porte du temple de l’homme.

ps : sur le visuel du haut de l’article, à gauche de la photo : Philippe de Lyon. Au centre et à droite : Papus

Qui était Oswald Wirth ? Découvrir son œuvre, sa vie, lire l’article.

Qui était Alejandro Jodorowsky ? Découvrir son œuvre, sa vie, lire l’article.

Pour acheter le tarot des Bohémiens c’est ici !

Allez sur le site marchant